Les métiers dans la ville médiévale et les corporations

Les métiers dans la ville médiévale et les corporations

Les métiers dans la ville médiévale et les corporations

Au Moyen Âge, la plupart des habitants de Navata étaient agriculteurs et travailleurs des champs, mais dans la ville même se trouvaient de nombreux artisans parmi lesquels travailleurs de la laine, forgerons, chaudronniers, bouchers, boulangers, maîtres d’ouvrage, etc., et certainement d’autres artisans dont l’existence n’a pas été documentée : nourrice, tailleurs, cordonniers, menuisiers, tonneliers, entre autres.

Les corporations

Les artisans médiévaux étaient regroupés en corporations afin de se protéger de la concurrence. La corporation exigeait de respecter certaines règles : il était impossible de travailler sans permis, tous les artisans devaient travailler aux mêmes heures avec le même type d’outils et, en plus, la corporation contrôlait la qualité et le prix des articles.

Les artisans de la même corporation avaient en général leurs ateliers dans la même rue et de nombreuses rues actuelles des villes de Catalogne ont conservé encore aujourd’hui le nom des corporations du Moyen Âge. C’est par exemple le cas de la «Carrer dels Perolers» ou rue des Chaudronniers.

Les corporations contrôlaient également les travailleurs de chaque métier : en premier lieu se trouvait le maître artisan qui était celui qui connaissait très bien le métier, il disposait de son propre atelier et de ses propres outils. En second lieu, se trouvait le valet-ouvrier, qui travaillait aux côtés du maître artisan et qui, après avoir obtenu suffisamment d’argent et de connaissances, pouvait passer un examen afin de s’installer à son compte, toujours avec l’autorisation de la corporation, pour devenir alors maître artisan. En dernier lieu se trouvait l’apprenti, qui apprenait le métier auprès du maître et qui, une fois qu’il avait acquis suffisamment de connaissances, pouvait passer valet-ouvrier.

«El portal d’en Ballart» ou La porte d’en Ballart

La porte ouest de la muraille était appelée la porte d’en Ballart. Ce nom provient de Joan Ballart surnommé également Ballart del Gorg. Ce lieu est populairement connu comme la Placeta del Gorg (littéralement petite place du bassin) car on pense qu’il y avait autrefois un bassin à cet endroit destiné à recueillir de l’eau, probablement de façon naturelle, et qui devait être utilisé par les habitants.

Close